MILITANT

http://remito.zeblog.com/

Calendrier

« Juin 2009 »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930 

Partigiano

Partigiano Le blog en lien avec les militants révolutionnaires. Des textes, des photos et des articles de Remito sur notre monde, sur la musique, sur la politique, sur l'art, sur les livres...

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

La Fiat aux mains des ouvriers

Par Partigiano :: 12/06/2009 à 8:01 :: Bouquins

Ce bouquin raconte l'automne chaud de 1969 à Turin, durant lequel les ouvriers de Fiat ont révolutionné les formes de lutte dans et en-dehors de l'entreprise contre l'exploitation capitaliste.

La lutte a été autonome dès le début et les syndicats et partis de la gauche institutionnelle ont bien entendu voulu récupérer et calmer le mouvement prolétarien.

J'ai choisi des extraits significatifs de cette lutte des ouvriers contre la bureaucratie syndicale et les patrons.



Un ouvrier de l’atelier 54 :

« Aujourd’hui, nous pouvons agir par nous-mêmes, aujourd’hui nous n’avons palus besoin de nous faire représenter par les syndicats ni par qui que ce soit. Cela veut dire que maintenant, c’est nous qui décidons non seulement des formes de la lutte, mais aussi de ses objectifs, de la manière de la diriger, de l’organiser et de l’étendre. Et ça, c’est la chose qui fait le plus peur aux syndicats et aux patrons. »

 

 

L’Assemblée ouvriers et étudiants :

« Nos revendications ne sont pas une plate-forme revendicative alternative, ils sont une lutte contre les contrats, contre la trêve planifiée par les syndicats, contre l’organisation du travail ; une lutte qui ne peut être résolue par quatre grèves bidon programmées avec le patron. Par conséquent, notre autonomie vis-à-vis des patrons devient aussi autonomie vis-à-vis des syndicats qui acceptent de fixer avec les patrons les règles d’une « juste » exploitation des ouvriers. »

 

 

« Notre lutte n’est pas celle du syndicat, faite à date fixe avec de nombreux préavis ; nous continuerons la lutte sans interruption, à l’intérieur de l’usine, tantôt dans un atelier, tantôt dans un autre. Utilisons les arrêts de travail internes pour enraciner et étendre notre organisation, profitons des jours de grève pour entrer en liaison aves les autres usines et pour créer notre organisation dans les quartiers (…). Nous devons étendre notre lutte jusqu’à attaquer tout le système du patron, contre toutes les méthodes avec lesquelles il nous exploite et nous opprime, à l’usine et dehors. »




Lotta Continua :

« La figure du délégué a été inventé afin d’isoler les ouvriers les plus combattifs de la masse et les rendre responsables face au syndicat, afin de transformer la protestation ouvrière en conflit bureaucratique (…). Le réseau des délégués, tel qu’il a été proposé aux ouvriers par les syndicats, le PCI ou le PSIUP, n’est rien d’autre qu’une caricature d’organisation, une espèce de parlement bourgeois. Les ouvriers votent et les représentants décident. Le fait est que la lutte apparaît en premier et que dans la lutte les ouvriers s’unissent, prennent conscience, s’organisent. A partir de cette unité, et de manière autonome, ils cherchent à s’assembler avec leurs camarades. Pour parvenir à cela, ils peuvent se servir, à l’intérieur comme à l’extérieur, de plusieurs camarades chargés de tâches précises. Mais ces ouvriers expriment la volonté de tous, ils ne sont pas « élus » de manière permanente et surtout ils ne sont pas reconnus par le patron pour contrôler la production et la discipline d’entreprise. »

 

 

« Patrons, syndicats et gouvernement se plaignent de la violence et disent encore que c’est l’œuvre d’un petit nombre. Aujourd’hui la violence est de masse, c’est la violence des prolétaires contre les exploiteurs, contre tous les  patrons. Mais ils ne rappellent jamais la violence des patrons : 1000 morts chaque année au travail, l’arthrose, la silicose, les dépressions nerveuses. La police qui tue dans les manifestations (…) c’est pour nous la violence la plus sale parce que c’est la violence légalisée. Tout cela les patrons doivent le payer et la violence contre eux ne sera jamais en trop. »


 



Préface du livre par les Editions Les Nuits Rouges

http://les.nuits.rouges.free.fr/spip.php?article19

Le site de Sébastien Schifres avec ses deux mémoires très intéressant en ligne sur le mouvement autonome en France et en Italie

http://sebastien.schifres.free.fr/

Un article analytique par Mouvement Communiste à propos de l’usine Fiat Mirafiori en 1969

http://www.mouvement-communiste.com/pdf/review/rmc_9_fiat_mirafiori.pdf

Un article sur le site de la médiathèque marseillaise Mille Babords

http://www.millebabords.org/spip.php?article2585

L’orda d’oro, la grande vague révolutionnaire et créative, politique et existentielle


http://ordadoro.org/


Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://remito.zeblog.com/trackback.php?e_id=411840
Copyright © MILITANT - Blog créé avec ZeBlog