MILITANT

http://remito.zeblog.com/

Calendrier

« Octobre 2007 »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Partigiano

Partigiano Le blog en lien avec les militants révolutionnaires. Des textes, des photos et des articles de Remito sur notre monde, sur la musique, sur la politique, sur l'art, sur les livres...

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Il y a 90 ans

Par Partigiano :: 31/10/2007 à 10:54 :: Histoire

 

Il y a 90 ans, survenait la révolution russe d'octobre. Dans la nuit du 6 novembre, les Bolchéviks renversaient le gouvernement provisoire de Kerensky pour installer la dictature du prolétariat ou la révolution communiste ?

 

 

 

A l'occasion de cette anniversaire, la chaîne de télévision Arte diffuse des émissions sur les points fort de cette révolution: http://www.arte.tv

 

Il existe beaucoup d'ouvrages et de textes sur "les" révolutions russes et en particulier sur celle d'octobre dont voici quelques extraits des plus connus :

 

Léon Trotsky

 

Histoire de la révolution russe

1930

"L'histoire de la révolution est pour nous, avant tout, le récit d'une irruption violente des masses dans le domaine où se règlent leurs propres destinées..."

 

"Lenine a répété plus d'une fois que les masses sont infiniment plus à gauche que le parti, de même que le parti est plus à gauche que son Comité central. Par égard à la révolution dans son ensemble, c'était absolument juste. Mais, même dans ces rapports réciproques, il y a de profondes oscillations intimes. En avril, en juin, particulièrement au début de juillet, les ouvriers et les soldats poussaient impatiemment le parti dans la voie des actes décisifs. Après l'écrasement de juillet, les masses étaient devenues plus prudentes. Comme auparavant et plus qu'avant, elles voulaient l'insurrection. Mais, s'étant fortement brûlé les doigts, elles craignaient un nouvel insuccès. Pendant le courant de juillet, d'août et de septembre, le parti, d'un jour à l'autre, retenait les ouvriers et les soldats que les korniloviens, par contre, provoquaient de toutes manières à sortir dans la rue. L'expérience politique des derniers mois avait fortement développé les centres modérateurs, non seulement chez les dirigeants, mais aussi chez les dirigés. Les incessants succès de l'agitation entretenaient, d'autre part, l'inertie des gens disposés à l'expectative. Pour les masses, il ne suffisait plus d'une nouvelle orientation politique : elles avaient besoin de se refaire psychologiquement. Plus les dirigeants du parti révolutionnaire commandent les événements, plus l'insurrection englobe les masses."

 

Rosa Luxemburg

 

La Révolution russe

1918

 

"Le parti de Lénine a été le seul qui ait compris le devoir d'un parti vraiment révolutionnaire, et qui, par son mot d'ordre : "Tout le pouvoir aux ouvriers et aux paysans !", a fait, presque du jour au lendemain, de ce parti minoritaire, persécuté, calomnié, "clandestin", dont les chefs étaient comme Marat, obligés de se cacher dans des caves, le maître absolu de la situation."

 

"Les bolcheviks ont, de même, posé immédiatement comme but à cette prise du pouvoir le programme révolutionnaire le plus avancé : non pas défense de la démocratie bourgeoise, mais dictature du prolétariat en vue de la réalisation du socialisme. Ils ont ainsi acquis devant l'histoire le mérite impérissable d'avoir proclamé pour la première fois le but final du socialisme comme un programme immédiat de la politique pratique."

 

 

Voline

 

La révolution inconnue

 

"La vraie révolution ne peut prendre son essor, évoluer, atteindre ses buts, que si elle a pour climat une libre circulation des idées révolutionnaires sur la voie à suivre et sur les problèmes à résoudre. Cette liberté est indispensable à la révolution comme l'air l'est à la respiration (2). C'est pourquoi, entre autres, la dictature d'un parti, dictature qui aboutit fatalement à la suppression de toute liberté de parole, de presse, d'organisation et d'action - même pour les courants révolutionnaires, sauf pour le parti au pouvoir - est mortelle pour la vraie Révolution."

" Tout le pouvoir aux Soviets ! " n'était donc au fond, selon les anarchistes, qu'une formule creuse, pouvant recouvrir plus tard n'importe quel contenu. Elle était même une formule fausse, hypocrite, trompeuse, " car, disaient les anarchistes, si le " pouvoir " doit appartenir réellement aux Soviets, il ne peut pas être au parti; et s'il doit être au parti, comme les bolcheviks l'envisagent, il ne peut appartenir aux Soviets ". C'est pourquoi les anarchistes, tout en admettant que les Soviets pouvaient remplir certaines fonctions dans l'édification de la nouvelle société, n'admettaient pas la formule sans réserve. Pour eux, le mot pouvoir la rendait ambiguë, suspecte, illogique et démagogique."

 

 

 

 

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://remito.zeblog.com/trackback.php?e_id=266611
Copyright © MILITANT - Blog créé avec ZeBlog