Manger sainement (2)

Les semences

Manger sainement pour être bien dans son corps et dans sa tête. Manger sainement en réaction à l’industrie agro-alimentaire polluante. Manger sainement c’est aussi savoir comment sont produit les aliments. Depuis la fin du paléolithique (début de la sédentarisation et de l’agriculture), les gens qui cultivent la terre produisent leurs propres semences et les échangent au besoin avec leurs voisins.
Avec l’essor de l’industrie et de la société capitaliste, la production et la commercialisation des semences sont réglementées par des décrets, des lois et désormais des directives européennes. Tout est répertorié dans un catalogue et le marché est organisé en France par le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants). Les paysans ne produisent plus forcément les semences, ils les achètent et sont ainsi subordonnés aux règlements de l’industrie semencière. Mais certains paysans continuent de produire eux-mêmes leurs semences, soit à partir des leurs, soit à partir de celles achetées aux semenciers. Selon l’une ou l’autre, la loi n’est pas la même. En théorie, quand un agriculteur achète des semences à un semencier, il n’a pas le droit de les reproduire après la récolte car il n’en est pas le propriétaire. Mais par souci d’indépendance et d’économie, il paraît logique de le faire. Petit à petit, l’État et les semenciers cherchent à mettre la main sur la production et les échanges non-marchand de semences locales à travers des lois sur la propriété industrielle et la contrefaçon.

Au niveau mondial les plus grandes entreprises se partageant le marché des semences sont :

– Monsanto, entreprise américaine tristement célèbre pour son produit phare le Roundup, produit des semences conventionnelles et OGM (soja, maïs, coton, colza), des fongicides et herbicides. A produit par le passé, des PCB, de l’aspartame, de l’hormone bovine de croissance et l’agent orange utilisé lors de la guerre du Vietnam. 21000 salariés dans 66 pays.  Chiffre d’affaire de 13,5 milliards de dollars en 2012.

– Pioneer Hi-Bred, filiale du groupe américain Dupont de Nemours (électronique et technologies de communication, chimie et matériaux, sûreté et protection, agriculture et nutrition), produit des maïs, soja et tournesol OGM, des additifs d’ensilage. 65000 salariés dans 90 pays. Chiffre d’affaire de 35,7 milliards de dollars en 2013.

– Syngenta, entreprise suisse productrice du pesticide Cruiser, tueur d’abeilles. Produit le Maïs Bt génétiquement modifié, des semences et des produits phytosanitaires. 28000 salariés dans 90 pays. Chiffre d’affaire de 15,1 milliards de dollars en 2014.

– Vilmorin-Limagrain, groupe français qui possède entre autres les marques Brossard et Jacquet. Producteur de semences et de produits céréaliers. 9600 salariés dans 55 pays. Chiffre d’affaire de 2,4 milliards d’euros en 2015.

– Bayer AG, entreprise allemande connue pour avoir produit le ZyklonB pour les chambres à gaz des Nazis. Produit des médicaments et des compléments alimentaires, des herbicides et fongicides. 118900 salariés dans 75 pays. Chiffre d’affaire de 42,2 milliards d’euros en 2013.

Beaucoup d’entreprises de production alimentaire utilisent les plantes, les céréales et les pesticides issues de ces semenciers, notamment Coca-Cola, Pepsi, Kellogg’s, Knorr, Lipton, Unilever… qui sont des gros clients de Monsanto.

« Qui contrôle les semences contrôle la nourriture ». Il faut combattre l’uniformisation destructrice des semences, conséquence du mode de production capitaliste, pour une agriculture non polluante intégrée à la biodiversité locale et organisée par les travailleurs eux-mêmes.

Je vous invite à regarder ces documentaires :
La guerre des graines
Les semences de la colère
Et le site Arte Future

Semence

Le calcium

Le calcium est un élément très important de l’alimentation quotidienne. C’est un des minéraux dont on a le plus besoin en quantité avec le potassium, le chlorure et le phosphore. Le calcium sert principalement à la construction puis à l’entretien de la masse osseuse et des dents. Il joue un rôle aussi dans le bon fonctionnement de toutes les cellules de l’organisme, dont les cellules musculaires (celles du cœur, entre autres) et les cellules nerveuses. Le calcium participe également aux fonctions rénales, au mécanisme de la coagulation sanguine ainsi qu’à plusieurs processus enzymatiques.

L’association de calcium à de la vitamine D prévient les risques d’ostéoporose et de fracture notamment chez les personnes âgées. Mais il est primordial aussi d’avoir une bonne hygiène de vie : faire de l’exercice physique, de la marche à pied quotidienne et ne pas manger trop d’aliments « acides ». C’est à dire des aliments qui déstabilise l’équilibre acide-base. Car les conséquences d’une acidose sont entre autres la déminéralisation et la fragilisation des os afin de rétablir l’alcalinité naturelle du sang et de l’organisme. Il convient donc de veiller à son alimentation en ayant en tête que les viandes et les fromages ont un effet acidifiant tandis que les épices et beaucoup de fruits/légumes un effet alcalinisant. L’important étant la variété, le plaisir et l’équilibre.

Si l’on suit la propagande officielle, les apports journaliers en calcium sont apportés principalement par les produits laitiers. Mais comme je l’ai écrit dans un précédent article, les produits laitiers sont plus un bizness qu’une nécessité alimentaire vitale. Plein d’autres aliments (les végétaliens le savent bien) ainsi que certaines eaux minérales, contiennent d’excellentes sources de calcium mieux absorbées que celui des produits laitiers.

Calcium végétal

Le curcuma

Le curcuma est une plante originaire du sud de l’Asie, très présente dans la vie quotidienne en Inde qui en est le premier producteur mondial. Dans la cuisine, on utilise le rhizome le plus souvent sous forme de poudre, laquelle est riche d’un principe actif : la curcumine qui lui donne sa couleur jaune orangé.
Le curcuma est un puissant antioxydant et anti-inflammatoire naturel. Il agit aussi de manière bénéfique sur les intestins, l’estomac et le foie. Je conseille d’en manger quotidiennement une cuillère à café dans les plats mijotés, le riz, les pâtes, les légumes ou même pour colorer des desserts, des tartes, du pain. Le mieux étant de le mélanger avec du poivre noir et/ou de l’huile d’olive pour favoriser son absorption. Le curcuma n’est pas un remède miracle, plus vous en mangerez régulièrement, plus cela aura d’effets positifs au long terme sur l’organisme.

Plus d’infos sur Passeport Santé

Curcuma