MILITANT

http://remito.zeblog.com/

Calendrier

« Mars 2012 »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Partigiano

Partigiano Le blog en lien avec les militants révolutionnaires. Des textes, des photos et des articles de Remito sur notre monde, sur la musique, sur la politique, sur l'art, sur les livres...

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

Pédagogie et Révolution

Par Partigiano :: 26/03/2012 à 8:40 :: Bouquins






Pédagogie et Révolution. Questions de classe et (re)lectures pédagogiques. Grégory Chambat. Editions Libertalia 2011. 216 pages.


J'ai trouvé ce bouquin en parcourant les sites d'éditions « gauchistes ». Je cherchais un bouquin sur l'école, l'éducation, la pédagogie mais dans une optique révolutionnaire ; afin de m'aider à réécrire mon histoire « Un monde meilleur » avec plus de pertinence, et en allant plus loin dans la rupture avec la société de classe, avec la hiérarchie et la domination.

Entre temps un camarade m'avait contacté pour parler de mon histoire et de la question éducative. C'est grâce à lui que j'ai découvert les noms de Célestin Freinet et de Francisco Ferrer. Ma curiosité a été décuplée quand il m'a parlé des expériences de ces instituteurs militants.

Le livre de Grégory Chambat offre un bel aperçu des classiques de la pédagogie, pour quelqu'un comme moi qui n'y connaît rien et qui n'a pas apprécier le fonctionnement de l'école de la République durant son enfance. A ce sujet le chapitre « Un mythe qui a la vie dure : l'école de Ferry selon Foucambert » m'a retourné la tête :

« Du haut de la tribune de l'assemblée, défendant un projet d'école publique, laïque, gratuite et obligatoire, Jules Ferry ne cache nullement son ambition de mettre fin à l'ère des révolutions. Ne plus revivre le cauchemar de la Commune, doter le pays d'une école adaptée aux besoins croissants de l'industrie, assurer la paix civile : « dans les écoles confessionnelles, les jeunes reçoivent un enseignement dirigé tout entier contre les institutions modernes. Si cet état de chose se perpétue, il est à craindre que d'autres écoles se constituent, ouvertes aux fils d'ouvriers et de paysans, où l'on enseignera des principes diamétralement opposés, inspirés peut-être d'un idéal socialiste ou communiste emprunté à des temps plus récents, par exemple à cette époque violente et sinistre comprise entre le 18 mars et le 28 mars 1871 ».

Les bourgeois ont peur du communisme. Ils ont peur que les prolétaires se mettent à penser, à s'organiser sur des bases révolutionnaires. L'école de Ferry a servi de soupape de sécurité pour calmer les ardeurs contestataires du prolétariat ; tout comme le font les syndicats entre le patronat et le salariat. L’école capitaliste sert à formater les enfants à la vie qui les attend : trimer, consommer, allumer la télé, éteindre la curiosité, éviter l’envie d'apprendre, de partager avec les autres. Développer la compétition, le rendement au lieu d'inculquer la solidarité et l'entraide.

N'en déplaise aux dominants, les idées de Ferrer, Bourdieu, Pelloutier ou Rancière ; les expériences collectives dans l'Espagne de 1936, les écoles Freinet, donnent aux enseignants et militants révolutionnaires des pistes pour une nouvelle école pour construire la future société communiste.

 

L'instruction est comme la liberté : elle ne se donne pas, elle se prend. Joseph Jacotot.


Site de l'Editeur






Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://remito.zeblog.com/trackback.php?e_id=584307
Copyright © MILITANT - Blog créé avec ZeBlog