La mémoire des vaincus

Un livre qui remet les choses en place. Un livre indispensable, pour qui veut comprendre l’Histoire de la première moitié du vingtième siècle du point de vue prolétarien et libertaire. On suit la vie d’un personnage fictif, Fred Barthélémy, de la bande à Bonnot à la seconde guerre mondiale, en passant par deux évènements incontournables: la révolution russe de 1917 et la guerre d’Espagne. Le récit est captivant et lucide. Les rejets du bolchévisme, de l’opportunisme, de l’autorité et de la bureaucratie sont très bien amenées. Des masques de personnages illustres tombent et, place est faite aux combattants oubliés de l’Histoire. La liberté est le fil conducteur, et elle n’est pas négociable.

« Eux que l’on qualifiait d’irréalistes savaient que le plus difficile n’est pas de décider une grève, mais de préparer ce que l’on accomplira après, une fois l’enthousiasme retombé, une fois les minimes augmentations de salaire obtenues, lorsque la laideur de l’usine et la monotonie du travail à la chaîne réengourdiraient les esprits. C’est à ce moment-là qu’on devait agir, prendre la balle au bond et la lancer plus loin, le plus loin possible, vers le plus de devenir. »

Ce livre soulève plusieurs points importants, que nous discutons au GARAP :

Michel Ragon – « La mémoire des vaincus » – 1990

Le jeune Karl Marx

Un film honnête sur la période 1841 – 1848 de la vie de Karl Marx, de son travail de journaliste à la Gazette Rhénane jusqu’à la publication du Manifeste du Parti Communiste avec son ami Friedrich Engels et la Ligue des Communistes. Des années de luttes, de réflexions et d’exils entre Paris, Londres et Bruxelles. Des dialogues pertinents bien mis en scène, qui démontrent une fois de plus que le rapport social capitaliste est à abattre.

Ci-dessous la brochure distribuée au cinéma :

Une interview intéressante du réalisateur Raoul Peck dans L’Humanité, ces vieux débris staliniens désormais adorateur de Mélenchon, le digne descendant de Proudhon le réformiste… que Marx a combattu dialectiquement.

L’atlas des utopies

Une revue intéressante qui donne à réfléchir malgré quelques auteurs infréquentables. Les éditeurs sont Le Monde et La vie, donc rien d’étonnant. Ci-dessous des extraits :

Les derniers bouquins que j’ai lu (4)

Un peu de Jack London, ça fait toujours du bien. Grève Générale compile deux nouvelles : « Le rêve de Debs » et « Au sud de la Fente ». Style incisif et appel à l’insurrection. Ça donne un peu de baume au cœur de lire des bouquins comme ça.

Le Mexicain, de Jack encore, raconte l’histoire d’un homme mystérieux mais déterminé. Déterminé à mener à bien la révolution mexicaine grâce à son abnégation. Le genre d’individu qu’on ne croise plus de nos jours.

La peste écarlate est un roman d’anticipation. Après une étrange pandémie, les survivants doivent apprendre à reconstruire la société. Toujours passionnant.

Une BD sombre et triste, bien faite et bien écrite. L’histoire de la Turquie des années 60 dans une région frontalière de l’Arménie.

Site de l’éditeur

Arbre

Le futur est un arbre géant.
Quelle branche vas-tu choisir ?
Vas-tu rester au pied de l’arbre bloqué par la peur ?
Ou vas-tu grimper jusqu’à la canopée pour admirer le paysage ?
Pour apprécier ce que signifie la liberté.
Quelle existence choisis-tu ?
Résignation ou révolution.
A quel point l’égoïsme empoisonne ta raison ?
L’individu n’est rien sans le groupe et vice-versa.
Notre survie dépend de l’autre et non du supermarché.

Les derniers bouquins que j’ai lu (3)

fatale

Fatale de Jean-Patrick Manchette

Comme le dit la quatrième de couverture, « c’est l’histoire d’un contrat inhabituel, dans une ville pourrie par le fric ». Ambiance sombre et maritime, une tueuse qui va saigner du bourgeois.
Page Wikipedia

Article intéressant sur Cairn.info

Critique sur Le tigre lit

Le roman adapté en BD


john-reedLe journaliste et militant communiste américain John Reed raconte la révolution bolchévique de l’intérieur. Passionnant.

Extrait sur marxists.org

Bien adapté au cinéma par Warren Beatty dans son film Reds sorti en 1981
reds


cogner-le-granit

Beau livre signé Le Chat Perplexe. L’histoire méconnu d’immigrés italiens, fuyant le fascisme et la misère, venus en Creuse tailler le granit pour la construction des pavés et trottoir de l’entre-deux guerres. Des photos et des témoignages d’époque ainsi que des descendants de ces ouvriers courageux.

Site de l’éditeur

Thé, lectures et macarons